Comment devenir expert foncier ? 

 

Le domaine de l’immobilier est très vaste et regorge de métiers très différents et très variés. Ainsi, le métier d’expert tend à se développer, notamment celui d’expert foncier. Ce métier n’est pas le plus connu du secteur mais tend à se populariser. De nombreuses personnes décident de se tourner vers cette profession, qui permet de larges débouchés. Comment peut-on accéder au métier d’expert foncier ? Quels diplômes faut-il obtenir ? Réponses dans cet article !

Devenir expert foncier

26 novembre 2021 | Immobilier

Un expert foncier, à quoi ça sert ? 

Un expert fonceur est un professionnel chargé de réaliser des missions d’expertises foncière sur les biens de ses clients. Il en évalue notamment le prix. Cette profession est réglementée par le Code Rural. Cependant, pour prétendre à la profession d’expert foncier, il faut tout d’abord s’inscrire au Conseil National de l’Expertise Foncière Agricole Forestière (CNEFAF). 

L’activité principale d’un expert foncier consiste à effectuer ce que l’on appelle des missions amiable. En d’autres termes, il intervient dans l’évaluation du patrimoine de son client. L’expert foncier se rend sur un lieu, à la demande de son client ou de l’organisme qui l’a mandaté, pour estimer la valeur des biens présents, qu’ils soient immobilier, agronome ou commercial. Le rapport d’expertise qu’il rendra devra comporter les calculs et méthodes qu’il a utilisé pour parvenir à cette estimation. Elles doivent toujours être justifiées. Les missions amiables représentent la plus grande partie du travail d’expert foncier. Ce ne sont cependant pas les seules missions dont il est chargé. 

Ils peuvent également intervenir dans le cadre de missions judiciaires. Ils est mandaté pour réaliser des expertises qui seront utilisées dans le cadre d’une confrontation dans un tribunal, ou d’une enquête. Lorsque l’expert foncier réalise ses expertises, il est tenu de respecter des normes précises.

Il intervient aussi dans le cadre de missions amiables contradictoires. Ici, l’expert foncier prend par à un différend entre deux personnes, qui ne souhaitent pas amener leur litige devant un tribunal. La mission de l’expert foncier est donc de trouver une solution qui peut convenir aux deux parties en conflit. Cependant, elles ne sont pas tenues d’accepter la solution proposée. 

Dans certains cas il peut égalèrent intervenir dans des missions d’arbitrages. Cependant, contrairement aux décisions rendues dans le cadre d’une mission amiable contradictoire, la décision rendue devra obligatoirement être acceptée par les parties. 

Quelles sont les qualités et les connaissances à acquérir ?

Le métier d’expert foncier est un métier exigent qui demande l’acquisition de nombreuses compétences et des qualités essentielles. Outre les nombreuses connaissances qu’il doit acquérir de des domaines spécifiques, tels que l’immobilier, l’urbanisme ou encore le droit, il doit avoir la capacité d’être mobile. En effet, il est souvent amené à se déplacer pour remplir ses missions d’expertise. De plus, il doit savoir se montrer impartial, et développer son esprit d’analyse pour prendre des décisions qui peuvent être difficiles, dans le cadre de sa gestion de conflits. 

Enfin, il faut savoir que les experts fonciers sont souvent des indépendants. Ils travaillent à leur compte. C’est une facette du métier à prendre en compte lorsque l’on décide de s’engager sur cette voie.

Quels diplômes pour devenir expert foncier ?

Il faut savoir que la profession d’expert foncier est très réglementée. Elle nécessite la maitrise de nombreuses compétences et est soumise à l’inscription à la CNEFAF. De ce fait, pour exercer ce métier, il est nécessaire de suivre des formations assez spécifiques. L’expérience est un facteur-clé lorsque l’on souhaite devenir expert foncier. 

De ce fait, il fait au moins disposer d’une licence (Bac+3), dans un domaine qui a nécessairement attrait au domaine juridique, économique, agronomique ou agricole. En plus de l’acquisition de ce diplôme, il faut également justifier de plusieurs années d’expérience professionnelle. 

A la suite de la licence, vous pouvez poursuivre vos études et réaliser un Master (Bac+5). Plusieurs masters sont envisageables, comme le master Manager des projets fonciers et immobiliers ou le master Droit du patrimoine – Expertise foncière (MEF). Outre le fait que réaliser un master vous permettra d’approfondir vos connaissances et vos compétences dans ce domaine, il permet également de diminuer le nombre d’années d’expérience requises pour exercer le métier d’expert foncier. De plus, de stages sont très souvent réalisés pour vous permettre de mettre en pratique vos connaissances.

Il existe également des formations privées qui peuvent vous permettre d’accéder au métier. Elles sont très souvent enseignées par des organismes privés. De ce fait, vous devrez payer vous-même ces formations pour y avoir accès. 

Si vous ne disposez pas de diplômes, vous avez tout de même la possibilité d’accéder à ce poste. Le chemin sera cependant plus long et plus difficile. Vous devrez avoir de l’expérience dans le domaine de l’immobilier ou de l’agriculture par exemple et justifier de 7 années d’expérience avant de pouvoir prétendre à une inscription au CNEFAF. 

Comme les agents immobilier avec la loi Alur, les experts foncier sont également soumis à une obligation de formation pour mettre à jour leurs compétences. Chaque année, ils doivent réaliser 20h de formation.

Expert foncier

L’obligation d’immatriculation 

Pour être expert foncier, l’inscription au CNEFAF est un passage obligé. Sans cette inscription validée, vous ne pouvez exercer légalement cette activité. En effet, le CNEFAF est garant de vos compétences auprès de leurs clients. C’est pourquoi l’expérience est un élément primordial, que les membres de ce conseil prennent en compte lorsqu’ils regardent les candidatures. En effet, le CNEFAF peut rediriger vers vous leurs clients. C’est pourquoi l’expérience est un point clé. Vous devez pouvoir répondre aux attentes spécifiques de ces clients. 

Pour prétendre à l’inscription au CNEFAF, il faut remplir certaines conditions. Tout d’abord, vous devez effectivement justifier d’une expérience professionnelle dans le domaine de l’expertise agricole ou foncière, soit à titre personnel, soit sous la tutelle d’un maitre de stage. Elle est d’au moins 7 ans pour les personnes ne disposant pas de diplôme et d’au moins 3 ans pour ceux qui qui sont titulaire d’un diplôme qui équivaut au Bac+4 dans des disciplines liées au juridique, au domaine agricole, forestier, économique, environnemental ou encore agronomique en autres. 

De plus, vous ne devez pas avoir été condamné dans le cadre de faits contraires à l’honneur, à la probité ou aux bonnes moeurs les 5 années qui précédent votre demande d’inscription. Par ailleurs, aucune sanction disciplinaire de toute sorte de doit avoir été retenue contre vous. Et enfin, vous ne vivez pas prétendre à l’inscription au CNEFAF si vous avez été frappé personnellement par une faillite personnelle. 

Le CNEFAF est aussi tenu de vérifier si les formations obligatoires auxquelles vous devez participer sont bien réalisées. Il vérifie également que vous n’êtes pas mandaté pour vendre un bien que vous avez vous même expertisé, car cette démarche est contraire à l’éthique des experts fonciers. 

Les débouchés et le salaire

En termes de salaire, l’expert foncier débutant touche en moyenne 2 500€ brut par mois. Evidemment, le montant des honoraires varie en fonction des missions que vous réalisez mais également en fonction de vos années d’expérience. En effet, les experts fonciers étant des des travailleurs indépendants, ils sont la liberté de fixer eux-mêmes leurs honoraires. 

De plus, ce métier offre de nombreuses voies de spécialisation. Vous avez la possibilité de vous spécialiser dans un domaine précis, telle que l’expertise immobilière par exemple, ou vous reconvertir dans un domaine différent de celui où vous évoluez pour le moment. 

Sources :

-Code Rural et de la Pêche maritime – https://www.legifrance.gouv.fr/codes/texte_lc/LEGITEXT000006074096/2021-05-

À lire également :

VAE immobilier : que faut-il savoir ? 

VAE immobilier : que faut-il savoir ? 

VAE immobilier : que faut-il savoir ?    La Validation des Acquis par l’Expérience, ou plus simplement VAE, est une certification permettant à celui qui la réalise d’obtenir un diplôme grâce aux compétences qu’il a acquises durant sa vie professionnelle....

La pollution des sols est-elle un vice caché ?

La pollution des sols est-elle un vice caché ?

La pollution des sols est-elle un vice caché ?   Dans le cadre d’une vente immobilière, vous pouvez être confrontés à des vices cachés. Il en va de même si vous achetez un terrain. Vous pouvez être victime de vices cachés. Votre acquisition peut, par exemple,...

Formation Agent immobilier

Découvrez les formations pour professionnels de l’immobilier proposées par Efisio : formations pour devenir agent immobilier ou commercial, formations loi Alur.

Quels sujets souhaitez-vous voir abordés dans un article ? Envoyez-nous vos suggestions !